Communiqué de presse

L'Association pour la Mémoire de la Shoah obtient gain de cause à Anvers

Mardi 17 juillet 2018 par Michel Lussan, Directeur de communication - AMS

Depuis plus de 10 ans l’Association pour la Mémoire de la Shoah lutte pour la liberté de commémoration de la mémoire des victimes du nazisme en Belgique. Une seule ville du Royaume s’arcboutait derrière des prétextes fallacieux pour ne pas même répondre à des dizaines de demandes de pose de Pavés de Mémoire.

 
Sur le même sujet

    L’affaire s’était éternisée sous deux législatures communales, avec des coalitions différentes au pouvoir à l’Hôtel de ville d’Anvers, et ce au grand dam tant des victimes juives que des résistants. 

    L’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS) se félicite de la décision adoptée le 6 juillet 2018 par le collège des échevins anversois sous la présidence du bourgmestre Bart De Wever. Elle suit l’avis de la commission mémorielle nommée le 23 juin 2017, remis le 4 mai 2018 et approuvé par le collège échevinal le 23 juin 2018.

    L’AMS avait augmenté la pression en organisant une conférence de presse le 27 janvier 2017 à Anvers pour annoncer que madame Evelyn Fine, de Boston, allait emmener provisoirement les sept Pavés de sa famille au Musée Mémorial de Washington. Elle va pouvoir les ramener en Belgique. Une pétition bilingue  pour la liberté de commémoration avait recueilli près de 8.000 signatures (dont 1.500 Anversois du monde entier) et abouti directement dans la boîte mail de Bart De Wever.

    Le dimanche 11 février 2018, dans un geste citoyen  de désobéissance civile, une équipe de  membres de l’AMS avec l’artiste Gunter Demnig scellait deux pavés devant deux domiciles anversois, celui d’un enfant caché à Izieu et gazé à 6 ans à Auschwitz et celui de la mère du résistant David Marka Szyfer. Les autorités respectèrent ce partage de mémoire et des dizaines d’articles dans les médias francophones et néerlandophones saluèrent cette audace. Y compris De Standaard qui offrit une pleine page au recteur de l’Université d’Anvers Herman Van Goethem – membre de la commission mémorielle – pour y exprimer son incompréhension devant l’attitude de « non autorisation » des autorités !

    Les médias et les réseaux sociaux se passionnèrent pour la question des  Pavés de Mémoire alors que leur pose en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre continuait. Le dimanche 3 juin 2018 à Anvers, pose émouvante d'un troisième Pavé de Mémoire. Celui-ci en souvenir de Mala Leja Susskind Gutgold par sa fille Toby Weber Susskind (91 ans - Juive orthodoxe). Extrait du discours de Marcel Meyer Zalc, président de l'Association pour la Mémoire de la Shoah : « Si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve ! Vous aussi madame Susskind, vous l’avez rêvé et souhaité de toutes vos forces depuis si longtemps et aujourd’hui, face au Pavé qui vient d’être scellé au nom de votre maman, c’est votre rêve que vous avez réalisé ! »

    Aujourd’hui toute une procédure simplifiée, ainsi que l’ouverture d’un guichet électronique spécial pour les demandeurs dans un cadre privé et respectueux, ont été décidés par l’équipe de Bart De Wever, en attendant d’autres décisions plus monumentales et publiques. 

    Willem Kennis, l’arrière petit neveu du résistant Jan De Ridder va pouvoir enfin poser son Pavé à Deurne. Et les 27 Pavés de Mémoire déjà à l’AMS et toutes les autres demandes pour Anvers vont pouvoir être réalisées  grâce à cette décision et à la pugnacité constante de l’Association pour la Mémoire de la Shoah. Anvers renoue avec son honneur de métropole et sa grandeur de deuxième port d’Europe. L’AMS persistera dans son être démocratique, ses valeurs des Lumières et ses engagements permanents.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Kalisz - 18/07/2018 - 9:19

      Une juste et belle obstination pour une juste cause. Une page se tourne: le défi gagné face aux dogmes des gardiens de mémoire et de leur règles dites collectives. Bravo l'AMS.

    • Par PIROTTE Raymonde - 18/07/2018 - 11:43

      Enfin une bonne nouvelle...il vaut mieux tard que jamais!

    • Par Paul Smietana - 18/07/2018 - 13:09

      Bravo !