Israël 70 ans

La communauté juive de Belgique fête Israël

Mercredi 2 mai 2018 par Géraldine Kamps
Publié dans Regards n°882 (1022)

Simon Cohn est administrateur de l’Organisation sioniste de Belgique (OSB) depuis de longues années, il coordonne avec une belle équipe le 70e anniversaire de l’Etat d’Israël organisé le dimanche 13 mai 2018 à Bruxelles. Un événement exceptionnel qui a choisi de miser sur l’union de la communauté juive autour d’Israël, comme il nous l’explique.

Simon Cohn, coordinateur de l'événement "70 nuances de bleu"

Sur le même sujet

    Rassembler dans un événement presque toutes les organisations juives de la communauté en Belgique, cela ne s’était plus fait depuis dix ans…

    Effectivement, depuis les 60 ans d’Israël ! Nous avons pu compter cette année sur pas moins de 30 organisations partenaires de cet événement, des associations sionistes de toutes tendances, de Bruxelles, avec le CCOJB et le CCLJ bien sûr, d’Anvers avec le Forum, mais aussi le Chabad, nous avons le Congrès juif européen, le KKL, des associations de résistants, des organisations culturelles, il y aura bien sûr les écoles, les mouvements de jeunesse… Le titre « 70 nuances de bleu » reflète exactement cet esprit : chaque personne a son propre bleu, comme en Israël, et tout le monde y a sa place. Le rassemblement de tous ces partenaires est déjà un succès. Quant au public, quelque 3.000 personnes sont attendues sur la journée

    Comment se déroulera la journée ?

    De nombreuses activités seront proposées dès 11h et jusque 18h, avant le concert, avec un espace dédié aux conférences (Denis Charbit, Philippe Mauchard et Benjamin Beeckmans, Guy Haarscher, Joël Kotek, Pascal Bruckner) entrecoupées des prestations de la chorale Renanim, un podium qui proposera une Shira Betsibour pour faire chanter ceux qui le souhaitent, un autre espace réservé à tous les stands des associations, avec un Oulpan d’hébreu, une initiation en secourisme avec le Magen David Adom, Radio Judaïca qui émettra en live, et la librairie Filigranes qui proposera des dédicaces d’auteurs. Sans oublier les traditionnelles rikoudeam « comme sur la plage », une animation DJ, de la restauration israélienne, une tombola et une vente aux enchères.

    Après les discours, un clip des mouvements de jeunesse sur la chanson « Alléluia » et le lever des drapeaux, le chanteur Matti Caspi viendra donner un concert. Comment a-t-il été choisi ?

    Matti Caspi est probablement l’un des trois plus grands monuments de la chanson israélienne avec Shlomo Artzi et Arik Einstein. Il a 69 ans, donc presque l’âge d’Israël, et on peut dire qu’il a accompagné l’Etat d'Israël tout au long de son histoire ! Les jeunes le connaissent peut-être moins, et pour cette raison Radio Judaïca diffusera nombreuses de ses chansons jusqu’au Jour J. Plus les gens chantent avec lui, et plus ce sera réussi bien sûr ! En première partie, Sarina et Oliver interprèteront la chanson qui aura récolté le plus de votes auprès des auditeurs de Radio Judaïca sur une sélection de dix chansons qui racontent elles aussi l’histoire d’Israël.

    Peut-on parler de renaissance pour l’OSB avec l’organisation d’un tel événement ?

    L’OSB était en léthargie depuis quelques années et s’est réveillée. L’idée étant que toute la communauté se retrouve autour d’Israël. Cela peut paraitre anecdotique, mais c’est très important : la communauté a besoin de cette fête, et nous avons voulu construire cet événement avec les gens. On espère d’ailleurs poursuivre dans cette voie et rééditer l’événement s’il est concluant. C’est aussi l’occasion d’un appel à vocations aux gens qui ont envie de s’investir, de faire quelque chose pour la communauté et pour Israël. Notre message étant « Prenez le flambeau et nous serons à vos côtés pour vous aider ».

    Vous insistez sur le côté non polémique de la journée, pourquoi ?

    Il n’est pas question d’hypocrisie ou de démagogie, mais Israël souffre déjà de beaucoup de connotations négatives dans les médias, nous voulions montrer un autre aspect. Israël a changé bien sûr en 70 ans. Personnellement, j’y ai vécu dix ans, et beaucoup de ceux qui riaient et me prenaient pour un fou dans les années 80 ont aujourd’hui fait leur alya. Les Juifs de Belgique se sentaient sans doute plus belges que juifs à l’époque, aujourd’hui, l’inverse est en train de se produire. Le rapport à Israël a changé, la proximité a également été renforcée, ce n’est plus une aventure d’aller là-bas, c’est devenu très facile. Israël peut nous unir tous, comme il peut nous désunir. On a choisi en ce jour d’anniversaire de nous unir et de faire la fête. Dans l’esprit de David Ben Gourion, on rassemble le peuple autour d’un projet commun, parce que c’est comme ça qu’on avance.

    Infos, programme et prévente : www.israel70.be


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Jacky - 27/05/2018 - 0:22

      Bonjour
      Un ami belge de passage à Ashdod me remet un exemplaire de la brochure parue à l occasion de la fête de Yom Haatsmaout qui a eu lieu le 13 mai dernier à Bruxelles.
      Tout d abord mes félicitations à ceux qui sont à l origine de cette organisation dont je n ai entendu que du bien.
      Par contre ce qui m à fait tousser C est lire que Simon Bretholz à fait son alya en 2016.
      C est faux il n à pas pu faire alya puisque il était de nationalité israélienne depuis des années.
      Je souhaite qu il rétablisse la vérité
      Jacky