Flash-back

Naissance du dernier Rebbe de Loubavitch (18 avril 1902)

Mardi 2 avril 2019 par Tarbout
Publié dans Regards n°1041

Septième Rebbe de la dynastie hassidique de Loubavitch, Menahem Mendel Schneerson est né le 18 avril 1902 à Nikolaïev dans l’Empire russe. Après des études à Berlin et à Paris, il rejoint Brooklyn où une partie de sa communauté s’est établie en 1925 dans le quartier de Crown Heights.

 

Lorsqu’il devient Rebbe de Loubavitch en 1951, Schneerson transforme cette vieille dynastie hassidique en un véritable mouvement, le Habad (acronyme de Hokhma, Bina veDaat. Sagesse, intelligence et connaissance), qui acquiert une importance sans précédent au sein du judaïsme orthodoxe.

Schneerson adopte une politique prosélyte destinée à attirer les Juifs à la doctrine hassidique. Cette politique volontariste se fonde sur l’idée selon laquelle une étincelle divine réside en tout Juif, même le plus éloigné de la tradition religieuse. Cette étincelle ne demande qu’à être réanimée. Il s’agit de lui faire prendre conscience des beautés de la pratique des commandements divins les plus faciles afin de le préparer à accomplir les plus ardus.

Pour ce faire, le Rebbe des Loubavitch n’hésite donc pas à recourir à la publicité, au marketing et aux nouvelles technologies de communication. Des centres sont créés dans plus de 900 villes dans le monde et des émissaires y sont envoyés pour propager la bonne parole du Rebbe. A travers des activités communautaires et récréatives, il s’agit d’amener les Juifs à adopter ou à reprendre une pratique religieuse.

Une des expressions les plus caricaturales de ce prosélytisme réside dans les audiences quotidiennes accordées par le Rebbe dans le quartier général du mouvement situé au 770 East Parkway à Crown Heights. Les visiteurs juifs peuvent rencontrer le Rebbe et lui adresser des requêtes. Il leur donne ensuite sa bénédiction et leur remet un dollar censé produire des miracles !

Cette ferveur concentrée sur la personne du Rebbe se traduit progressivement par la croyance selon laquelle Schneerson est le Messie. Cette croyance, d’abord ouvertement professée par certains de ses proches, progresse considérablement au sein du mouvement Habad dans les années qui précèdent sa mort en 1994. Cette évolution messianique initiée par la ritournelle chantée « Nous voulons le Messie maintenant, nous ne voulons plus attendre » se transforme en véritable obsession. Dans des objets de culte, mais également sur des affiches, des brochures et des autocollants, le nom de Schneerson est suivi de l’expression Melekh HaMachiakh (Roi Messie). Si cette dérive messianique considérée comme de l’idolâtrie suscite le mépris et l’hostilité des autres courants du judaïsme ultra-orthodoxe, elle n’a pas eu pour effet d’entraver le développement du mouvement à travers le monde.  


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Adam - 24/04/2019 - 13:44

    Article un peu court quand-même qui ne fait que répéter les lieux les plus communs les plus répandus, et de grossières erreurs en plus.