Vu de France

Le renouveau juif en Corse

Mardi 6 mars 2018 par Laurent David Samama
Publié dans Regards n°878 (1018)

C’est une histoire aussi longue que méconnue remontant à l’an 800. Fuyant les persécutions, un contingent de Juifs moyen-orientaux erre en Méditerranée, avant de trouver finalement refuge en Corse. Parlant et écrivant l’hébreu, cet ersatz de tribu égaré se dirige en premier lieu vers la région dite de l’Alta Rocca, près de la ville de Sartène.

Elle y achèvera finalement son parcours, dans un petit village curieusement appelé Levie (prononcez « Lévi »), 728 habitants au dernier recensement. « Entre l’an 800 et le 18e siècle », explique un article publié récemment dans Corse Matin, « c’est par dizaines de milliers que les Juifs auraient trouvé refuge dans l’intérieur des terres, fuyant les persécutions dont ils ont été victimes aux quatre coins de la Méditerranée ». Au fil des siècles, au gré des irruptions de violences et autres pogroms, des milliers de coreligionnaires suivront les primo-arrivants de Levie.

Issus de la Naples voisine ou du ghetto de Padoue, l’arrivée de ces néo-Corses fut d’autant mieux admise et même encouragée qu’elle fut perçue comme un moyen de redynamiser la vie locale. Difficile, néanmoins, d’évaluer avec précision l’empreinte juive sur l’île de Beauté. Alors même que des patronymes corses très courants (Padovani, Giacobbi, Simeoni) semblent tout droit tirés du répertoire israélite, les historiens bataillent toujours sur la question de l’origine chrétienne ou juive de ces noms de famille. Une question complexe et relativement neuve au regard de la longue histoire juive de l’île. L’historien Antoine-Marie Graziani date ce regain d’intérêt « à une trentaine d’années tout au plus ».

C’est à la faveur d’un message posté sur les réseaux sociaux que cette histoire complexe a resurgi. Le 16 janvier dernier, Antoine Albertini, rédacteur en chef à Corse Matin, évoque sur Twitter les violences antisémites en Seine-Saint-Denis, un cauchemar récurrent qui pousse un nombre croissant de familles juives à quitter le département. Il écrit : « RAPPEL. Amis juifs, vous quittez l’Ile-de-France ? Venez dans l’île de Corse : tout le monde vous foutra la paix (cf. Seconde Guerre mondiale) ». Sur la toile, des dizaines d’exhortations semblables existent. Toutes s’enorgueillissent du noble passé résistant de l’île. Sous le régime de Vichy, tandis que toute l’administration métropolitaine collabora, les autorités locales corses refusèrent de livrer leurs Juifs. Grâce à de faux rapports départementaux et préfectoraux remis aux nazis, des milliers d’israélites furent ainsi sauvés d’une mort certaine. Un passé que la population autochtone se réapproprie désormais avec force, alors que l’antisémitisme resurgit sur le territoire national.

Autre signe, et pas des moindres : l’arrivée d’un jeune rabbin, Levi Pinson, sur l’île. Ce dernier explique : « La Corse n’avait plus de rabbin jusqu’à mon arrivée fin 2016. J’officie à Ajaccio et quand il y a besoin, je vais aussi dans d’autres villes pour des événements ou des cérémonies. C’est important pour les prières rituelles, les enterrements ou des cérémonies plus joyeuses. Le fait qu’il y ait un rabbin dépanne pas mal de personnes ». Le début d’un renouveau ? 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Déborah Bensoussan - 1/08/2018 - 19:50

    J'ai passé quelques jours avec ma fille à Bastia et nous avons été très bien accueillies tant à l'hôtel que chez les commerçants.

    Nous avons visité Bastia avec un guide de l'Office du Tourisme et la visite s'est terminée par un concert de chants corses dans une petite église.
    C'était émouvant ces chants, et à travers eux on découvrait l'âme corse, l'authenticité, la simplicité, la force de vie de ce peuple qui est différent.
    Merci à votre courage !