Antisémitisme

Le carnaval d'Alost pourrait être retiré de la liste de l'UNESCO

Mardi 12 novembre 2019 par Nicolas Zomersztajn

Le Sécrétariat de l’UNESCO recommande le retrait du carnaval d’Alost de la liste représentative lors de la 14e session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'humanité qui se tiendra à Bogota du 9 au 14 décembre 2019. 

 

Depuis que le carnaval d’Alost a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2010, les incidents antisémites se sont multipliés.

En 2013, Irina Bokova, la directrice générale de l’époque, s’était indignée qu’un char soit transformé en faux wagon nazi avec des officiers SS riant et buvant du champagne au son de chansons populaires allemandes. Elle avait averti les autorités belges que « la protection du patrimoine culturel immatériel ne prend en considération que le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme, ainsi qu'à l'exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d'un développement durable ».

En 2018, d’autres dérapages antisémites se sont produits. Et comme jamais deux sans trois, lors de l'édition 2019 du carnaval, qui s'est déroulée du 3 au 5 mars 2019, des caricatures antisémites ont été affichées sur des chars. Un char était surmonté de deux figures géantes de Juifs orthodoxes portant des chapeaux de fourrure et des costumes roses, des boucles latérales et un nez grotesquement grand, assis sur des pièces d'or et des sacs d'argent. L'un des personnages avait une marionnette de rat sur sa veste, fumait un cigare et tendait la main vers le public.

Ces incidents avaient à nouveau suscité la condamnation indignée de l’UNESCO. Constatant la gravité et le caractère répétitif de ces manifestations d’antisémitisme, l’UNESCO a pris contact avec les autorités belges et flamandes (commune d’Alost et organisateurs du carnaval). Une rencontre informelle s’est tenue le 17 septembre dernier, mais les représentants de l’UNESCO ont constaté qu’aucune mesure particulière ne serait prise pour éviter que ce type d’incidents ne se reproduise.

Pire, ils ont appris que le comité d’organisation avait préparé pour l’édition 2020 une série de rubans « collector » illustrant une nouvelle fois plusieurs représentations stéréotypées de Juifs et de musulmans sous forme de dessins animés. Par ailleurs, le texte d'accompagnement se moque de l'UNESCO et réaffirme que le carnaval d'Alost devrait se poursuivre dans le même esprit de satire et de moquerie.

Pour le secrétariat de l'UNESCO, cette situation est inacceptable : « En autorisant des représentations racistes, antisémites et xénophobes, le carnaval d'Alost contredit non seulement les dispositions de la Convention, y compris la définition du patrimoine culturel immatériel et le but de la Liste représentative, mais aussi les principes fondateurs de l’UNESCO énoncés dans ses statuts. La présentation de représentations qui contredisent ouvertement certaines des valeurs fondamentales qui sous-tendent l’existence de l’UNESCO affecte non seulement la crédibilité de la Convention et du Comité, mais aussi celle de l’ensemble de l’Organisation ».

Au passage, le secrétariat de l'UNESCO tacle UNIA, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, en rappelant que « ces actes, intentionnels ou non, sont contraires aux exigences de respect mutuel entre communautés, groupes et individus ».

Considérant donc que le carnaval d'Alost ne satisfait plus aux critères de la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, il recommande donc de le retirer de cette liste lors de la 14e session qui se tiendra à Bogota.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par POCCI Marie-Hélène - 14/11/2019 - 8:34

    Bonjour,
    Je serai très heureuse que ce carnaval tout à fait irrespectueux et antisémite soit enlevé au plus vite du patrimoine culturel immatériel de l'humanité !!!
    Ces caricatures sont inadmissibles !!!!


    POCCI Marie-Hélène

  • Par Amos Zot - 14/11/2019 - 9:44

    Il faut effectivement sanctionner cet antisémitisme mais pourquoi ne pas demander des sanctions contre les journalistes de la RTBF qui quotidiennement s'en prennent aux Juifs et/ou à Israël?

    Exemple de ce 14/11 vers 8h sur la Première. Question d'un journaliste à l'occasion d'un débat sur l'immigration: Peut-on comparer l'incendie de Bilsen ( NDLR: incendie d'un immeuble vide prévu pour loger des immigrants, qui n'a fait aucune victime) à la Nuit de Cristal?
    Quelques jours plus tôt; à l'occasion de la commémoration de la chute du Mur de Berlin, invitation d'une "expert" à qui un journaliste demande de désigner le mur actuel le plus condamnable dans le monde ; réponse : le mur séparant Israël des territoires palestiniens puis suit une attaque en règle d'Israël.
    C'est comme cela quasiment tous les jours ; je dis quasiment parce que je ne passe pas ma vie à les écouter mais je pense qu'en réalité; c'est tous les jours. Tous les prétextes et sujets sont bons. S'il devait y avoir une émission sur la fabrication des plumes des Gilles de Binche, je vous garantis qu' il y aura moyen de condamner Israël à un moment ou à jun autre.
    Le seul moyen de lutter contre l'antisémitisme: des peines de prison ferme. Deux ou trois exemples suffiront.

  • Par HENRIETTE - 14/11/2019 - 11:52

    J'espère que cette fois-ci l'Unesco agira dans le bon sens. Cette reconnaissance de l'Unesco pour ce carnaval exprime clairement un antisémitisme virulent tout en provoquant une recrudescence de ce mal encouragé par ce carnaval monstrueux.

  • Par Georges Bogaerts - 14/11/2019 - 14:31

    Je suppose que dans ce cas l'UNESCO condamne aussi Charlie Hebdo

  • Par candide - 14/11/2019 - 18:35

    Les carnavaleux d'Alost, à la recherche d'images choc (ils n'ont pas la tradition des Gilles de Binche que même des brésiliens de Rio admirent) sont disposés à toutes les outrances et, finalement n seront nullement perturbés par le condamnation par l'UNESCO et continueront donc à cultiver leur antisémitisme-islamophobie-homophobie-cris de singes à l'adresse des africains etc...etc...C'est évident qu'UNIA ne fait pas son travail et peut-être est-elle noyautée par des "antisémites" pardon des "antisionistes" comme naguère le MRAX? A ce propos n'oublions tout de même pas que l'UNESCO a décrété il y a peu de temps que le fameux mur des lamentations (Kotel) n'avait rien à voir avec le peuple juif (qui d'ailleurs a été fabriqué artificiellement d'après Shlomo Sand) et que l'esplanade des mosquées appartenait à la culture islamique exclusivement, puisque c'est de l'emplacement de la mosquée au dôme dorée que le prophète Mahomet serait allé visite le ciel sur son cheval ailé! Mais ce devait être au 7e siècle post JC. Qu'y avait-il sur cette esplanade des mosquées quelques 5 siècles plus tôt et qu'est ce que l'empereur romain (Titus?) a-t-il détruit comme en attestent la colonne Trajane, la description du triomphe avec la Menorah en bonne place dans le cortège et pas mal d'écrits en latin? L'UNESCO ne sert pas à grand chose, même si sa secrétaire générale est "d'origine israélite" étant donné l'influence des états islamiques et de leurs alliés d'extrême gauche au sein de cette "auguste" assemble. Le mot auguste est à prendre dans le sens du "clown auguste".
    @amos zot: surtout pas de prison, ce serait leur ouvrir grand la porte des hurlements victimaires. La seule mesure efficace serait de les ignorer.
    @georges bogaert: l'UNESCO n'a pas à se mêler de Charlie hebdo. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas cette revue il me paraît INDECENT de comparer cela aux assassinats dont ces journalistes ont été victimes.

  • Par Charles B - 14/11/2019 - 22:07

    Il est grand temps que UNESCO agisse contre cet antisémitisme que la ville d'Alost affiche à son carnaval en toute impunité!
    Il ne faut pas oublier non plus UNIA.... cet organisme ´public' payé par le contribuable belge qui défend les pratiques antisémites de ce carnaval alors que son rôle est de d'agir contre TOUS les racismes ce qui n'est PAS le cas.

  • Par Amos Zot - 16/11/2019 - 16:35

    @candide.
    Si simplement ignorer les antisémites suffisait à résoudre ou réduire le problème de l'antisémitisme, cela se saurait. Les autres méthodes ayant lamentablement échouées depuis plus de 2.000 ans, essayons ma proposition de sanctionner par des peines de prison ferme en commençant par les faiseurs d'opinion que sont les journalistes, politiciens, professeurs d'université et artistes. Quelques exemples devraient suffire.