Conférence & débat

Mercredi 21 Septembre 2016 à 20:00

Sholem Aleikhem : Le Yiddish comme univers ! PODCAST

A l'occasion du centenaire de la mort de Sholem Aleikhem. Invités : Yitskhok Niborski (Professeur et grand spécialiste du Yiddish), Nadia Déhan-Rotschild (traductrice du Yiddish) , Alain Mihaly (Professeur de Yiddish et modérateur). Nous aurons droit à une évocation de la vie de Sholem Aleikhem mais aussi une présentation de son univers si particulier, si subtil. Il y a chez chaque juif ashkénaze un peu de chacune de ses histoires, comme celles que nous racontaient nos grands-parents...

Il a voulu rendre compte du monde juif de son époque dans toute sa variété, ses travers et ses qualités qu’il pointa avec un humour plein de tendresse. Sholem Aleikhem fut, en son temps, le plus célèbre des écrivains de langue yiddish. A sa mort à New York, son enterrement vit défiler des milliers de personnes. Un cortège de rock star, digne de l’amour que lui portaient les Juifs de la diaspora, à lui et à ses personnages. Des livres qui sont consacrés à ses contes ainsi qu'à la langue yiddish seront disponibles à la vente !

Né en 1859 dans une petite ville de l’Empire tsariste, Sholem Aleikhem – de son vrai nom Sholem Rabinovitch – grandit dans une famille juive religieuse, mais suffisamment ouverte pour qu’il bénéficie d’un enseignement au lycée, en Russe. Engagé comme précepteur, il tombe amoureux de la fille de son patron, se fait renvoyer mais réussit quand même à l’épouser. A la mort de son beau-père, il se retrouve à la tête d’une petite fortune, qu’il va s’empresser d’engloutir dans la création d’une maison d’édition d’œuvres en yiddish. C’est que le petit Sholem Rabinovitch a découvert très tôt, dès le Heder, l’école traditionnelle juive, qu’il aime faire une chose : écrire. « Vous savez que je suis toujours prêt à écrire, même sur la pointe d’une aiguille ou sur le tranchant d’un sabre ! », confie-t-il à un ami en 1904. Rapidement, il parvint à vivre de sa plume, grâce à la presse yiddish qui se développe alors et devint avide de ses feuilletons.

Dans ses histoires, Sholem Aleikhem décrit le monde qui l'a vu naître. Kasrilevké, le shtetl imaginaire qui fait la toile de fond de nombreuses nouvelles, est inspiré du village où il a grandi. Tévié le laitier, qui a pour seul bien son cheval et ses sept filles, est un homme qu’il a connu enfant. Les tribulations de Menahem Mendl, le Luftmensch, l'« homme de l'air », rêveur qui croit toujours à la possibilité de faire fortune, sept fois à terre, huit fois debout, évoquent les mésaventures de l'auteur, qui fit lui aussi faillite pour cause d’investissement hasardeux. L’errance du personnage, d'Est en Ouest, d’Odessa à New York, est aussi celle de son auteur, qui fuit la vague de pogroms du début du XXè siècle pour tenter sa chance ailleurs. A Genève, à Londres, puis à New York, où il fut accueilli comme une célébrité, le « Mark Twain juif », comme le lui dit, raconte-t-on, Twain himself.

Ce qui fit, sans doute, la renommée de Sholem Aleikhem, ce sont ces personnages qui, quelles que soient les innombrables vicissitudes de l'existence, ne cessent jamais de se relever. La saveur de ses récits tient à ce ton indéfinissable, où rire et larmes, ironie et tendresse sont toujours indéfectiblement mêlés. Le Luftmensch, c’est Sholem Aleikhem lui-même, rêveur et homme de l’air, qui écrit pour mieux nous aider à respirer.

 

 

Podcast: 

En savoir plus

L'édito

Orphelins du yiddish

Mardi 31 mai 2016
Publié dans Regards n°842

Les Juifs, et plus particulièrement les Juifs ashkénazes originaires d’Europe orientale, ont commémoré le 16 mai dernier le centenaire de la mort de Sholem Aleikhem. Ce grand écrivain juif né dans l’Empire tsariste en 1859 et décédé à New York en 1916 a su hisser le yiddish au rang de langue littéraire.


 
 
  • Sholem Aleikhem, le yiddish comme univers

    Sholem Aleikhem fut le plus grand et le plus populaire écrivain juif de langue yiddish. A l’occasion du centenaire de sa mort, Yitskhok Niborski, professeur de yiddish* et Nadia Déhan-Rotschild, traductrice, évoqueront celui qui a conféré au yiddish ses lettres de noblesse. Tous deux se retrouveront pour une conférence au CCLJ le 21 septembre 2016 à 20h. Rencontre avec Yitskhok Niborski.

Informations

Où : CCLJ - RESTAURATION POSSIBLE AU FOYER DU CCLJ DÈS 18H45

Quand : Mercredi 21 Septembre 2016 à 20:00

Contact : 02/543.01.01 ou [email protected] - RÉSERVATION INDISPENSABLE !